Les politiques nationales et départementales ont identifié comme des enjeux forts, la lutte contre l’habitat indigne, la lutte contre la précarité énergétique et l’adaptation de l’habitat aux personnes en perte d’autonomie .

Le Conseil départemental, délégataire des aides à la pierre, a réaffirmé sa volonté d’une politique de soutien au développement des Opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) et des Programmes d’intérêt général (PIG) sur son périmètre par les acteurs locaux, plus précisément les EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale).
Le PIG est un outil partenarial alternatif à l’OPAH pour mener des politiques publiques thématiques d’amélioration de l’habitat pouvant porter sur un vaste territoire, dans le cadre d’une contractualisation avec l’État. L'objectif est de résoudre des problématiques particulières tant dans le champ social que technique de l’habitat.

Il permet aux habitants :

  • de bénéficier d’un diagnostic : visite à domicile, bilan technique du logement, …
  • de bénéficier d’une aide à la décision : financements susceptibles d’être mobilisés (État, Conseil départemental, Communauté de communes, caisses de retraite…), aide au montage des dossiers de demande de subvention ou de prêt, AMO technique, aide à l’élaboration du programme de travaux et à la consultation des entreprises,…
  • de bénéficier de subventions pour la réalisation des travaux (en fonction des thématiques et des travaux engagés). La collectivité a la possibilité de créer ou non ses propres aides ou d’abonder aux dispositifs existants (ANAH, Conseil départemantal…), à destination des particuliers.

Dans une logique de mutualisation des moyens, et compte tenu d’enjeux communs et partagés, une démarche s’est mise en place conjointement avec les Communautés de communes des Abers et de Lesneven-Côte des Légendes afin d’étudier l’opportunité de lancer un programme d’amélioration de l’habitat.
Une étude pré-opérationnelle, confiée au bureau d’études CITEMETRIE, a permis de confirmer l’intérêt pour le territoire de lancer un PIG sur une période de 5 ans.

Les conclusions du diagnostic

De l’analyse des fichiers et du territoire

  • 53% de ménages éligibles dont 24% de ménages très modestes
  • Besoin de travaux énergie : un parc important de logements anciens et datant de la période 45-75
  • Une volonté des particuliers d’entretenir leur bien. Une majorité de logements énergivores (plus de 50% de logements classés de E à G)
  • Un vieillissement de la population qui se fait ressentir de plus en plus

Des enquêtes et études approfondies

  • Des immeubles tests qui démontrent que des améliorations énergétiques sont nécessaires
  • Des enquêtes qui font ressortir un attachement au bien mais une volonté affichée de réaliser des travaux d’économie d’énergie en priorité
  • Un montant moyen de travaux nécessaires non négligeable (entre 12 000 – 17 000€/log)

Des échanges avec les élus et les partenaires

  • Des élus affichant en grande majorité une volonté d’agir en faveur des thématiques énergie et adaptation
  • Un partenariat déjà opérationnel (CLIC, pôle habitat indigne, …) mais une sensibilisation à la thématique énergie à poursuivre
  • Un pôle de lutte contre l’habitat indigne en cours de mise en place

Les objectifs

  • Lutter contre l’habitat indigne et très dégradé et les situations de risque (sécurité, insalubrité) afin de maintenir les personnes dans un logement décent
  • Aider les propriétaires occupants modestes à adapter leur logement au handicap et au vieillissement afin de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées à revenus modestes
  • Aider les propriétaires occupants modestes à lutter contre la précarité énergétique et à réaliser des travaux pour une meilleure maîtrise des consommations d’énergie

Le dispositif vise à aider et à accompagner 72 logements par an sur le Pays d’Iroise (soit 360 sur la durée du PIG).

Le Programme d’Intérêt Général du Pays d’Iroise 2014/2018